Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Habilitations à diriger des recherches

 


Thierry BLIN, maître de conférences en sociologie et chercheur associé au GEPECS, a soutenu son mémoire d'habilitation à diriger des recherches le lundi 25 mai 2009 sur le thème La sociologie comme humanisme (une première partie étant consacrée à une critique d'Alfred Schütz et de l'idée de sociologie phénoménologique, et une deuxième à une sociologie des luttes de sans-papiers), devant un jury composé de Messieurs les professeurs Bernard Valade (coordonnateur, université Paris Descartes), Patrick Cingolani (université Paris X), David Le Breton (université Strasbourg II), Bruno Péquignot (université Sorbonne Nouvelle - Paris 3), et monsieur Michel Wieviorka (directeur d'études à l'EHESS).




Brigitte MUNIER-TEMIME, maître de conférences en sociologie et chercheur associée au GEPECS, a soutenu son mémoire d’habilitation à diriger des recherches sous la direction de Monsieur le Professeur Bernard Valade, le mercredi 1er juillet 2009. Le sujet du mémoire a été : Contes et légendes du numérique. À l'ombre du Golem. Le jury était composé de Madame la professeure Antigone Mouchtouris (université de Perpignan) et de Messieurs les professeurs Gilles Ferréol (université de Poitiers) (retenu par une autre présidence de jury), Bruno Péquignot, rapporteur (Université Sorbonne nouvelle - Paris 3), Serge Proulx (Université du Québec à Montréal), Bernard Valade, directeur des recherches (Université Paris Descartes) et Patrick Watier, rapporteur (Université de Strasbourg).




Éric DUGAS
, maître de conférences à l'université Paris Descartes a soutenu son mémoire d'habilitation à diriger des recherches le 20 novembre 2009 à l’UFR STAPS de l'Université Paris Descartes sur le thème Un cadre d'analyse expérimental de l'Action Motrice : les logiques interdépendantes ou l’Homme systémique. Le jury était composé de M. Pierre Parlebas (professeur émérite, Président), M. Bertrand During (professeur des universités, tuteur), M. Eric Debarbieux (professeur des universités, rapporteur), M. Jacques Gleyse (profeseur des universités, rapporteur) et M.  Alain Loret (profeseur des universités).

Résumé : l’expression « l’homme systémique », dans sa forme contractée, signifie que nous étudions l’individu au sein de pratiques ludomotrices sur la base d’une approche systémique (s’inspirant de la méthode de la systémique). Autrement dit, l’homme est  un « tout » qui n’est intelligible qu’en étudiant le rapport qu’il entretient avec la situation dans laquelle il évolue. Or, il existe plusieurs niveaux de compréhension, plusieurs facteurs interdépendants qui s’entrelacent pour mettre au jour les conduites ludomotrices des pratiquants (évoluant dan un rapport consubstantiel avec le contexte dans lequel il agit).

 

C’est dans le cadre de la praxéologie motrice créée par Pierre Parlebas depuis plus de quarante ans (dans les années 1960) que nous puisons certains niveaux de la compréhension : analyse conjointe de la logique interne et de la logique externe des situations ludomotrices.